lundi 23 mai 2016

Synchronicité ou la chance impossible

 

Le mot synchronicité désigne une coïncidence d’évènements survenant dans un même laps de temps, de façon si surprenante qu’elle défie les statistiques.

La racine grec sun- signifie “avec, le même” et chronos, “le temps”. Chez les Grecs de l’Antiquité, Chronos était le dieu du temps, celui qui passe, pas la météo. Comme quoi, il n’y a pas que le latin qui sert à comprendre le français, le grec ancien aussi.

Bref…

Il était plus de midi et nous roulions sur l’A10, tandis que j’accompagnais ma femme à son stage de formation EMM (Easy Muscle Management, Gestion Musculaire sans Effort). Notre destination était un pittoresque domaine forestier, au cœur de la Sologne.

Elle essayait de se souvenir d’une phrase qu'elle avait oubliée. Ce n’était pas une discussion sérieuse, il s’agissait d’illustrer un gag :

“Mais oui, tu sais, cette idée comme quoi on retrouve les grandes choses dans les petites, que tout est dans tout, ce qui est en haut est en bas… c’est quoi la phrase, déjà ?

– Tu veux parler du macrocosme et du microcosme ?” ai-je suggéré, me rappelant vaguement les philosophes que j’avais étudiés au lycée.

Je ne retrouvais ni la formule exacte ni l’auteur.

Durant notre voyage, nous avons croisé trois aires de repos. J’ai choisi la seconde au hasard et nous sommes entrés dans le magasin de la station d’essence pour acheter de l’eau.

Dans cette boutique, il y avait trois passages pour accéder au rayon d’alimentation. Machinalement, j’empruntai un des trois, ce qui m’amena devant un rayonnage de livres et magazines. Là, placés sur des étagères dégarnies, se trouvaient 6 ou 8 livres, l’un d’eux juste en face moi.

L’ouvrage, intitulé Le livre de l’Étrange, était d'un auteur que je ne connaissais pas, Bernard Baudouin. Je n'était pas intéressé, car cela promettait d’être un ouvrage grand public qui ne m’apprendrait rien que je ne savais déjà.

Cependant, bien que relié et enrichi d'une belle typographie, avec des lettrines au début de chaque paragraphe, le livre était bradé 8 € au lieu de 24,95 €, son prix d'origine. Après un moment d’hésitation passé à lire la quatrième de couverture, reposer le livre, le reprendre, je décidai de l’acheter quand même. La façon dont j’étais tombé sur cet ouvrage en rentrant dans le magasin m’avait interpellé. Comme s’il avait été placé là exprès, juste sur mon chemin.

Le soir, dans notre chambre d’hôtel, je commençai d’en lire les premières pages. Et c’est alors que j’ai dit à ma femme :

“Je viens de tomber sur un truc marrant dans ce livre, tu veux que je te le lise ?

– Oui, vas-y”, répondit-elle.

Et je lui ai lu ces quelques phrases du chapitre intitulé Un monde de vibrations, que je venais de trouver pages 24 et 25 :
Percevoir, comme toutes les facultés de l’être humain, n’échappe pas à la règle : ce qui est en l’homme procède également de l’univers tout entier. C’est la loi de correspondance, si chère aux Anciens, entre le microcosme et le macrocosme. Celle-là même que les spiritualistes traduisent par la célèbre formule d’Hermès Trismégiste : “Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et inversement.”
Le paragraphe contenait la citation que nous recherchions quelques heures auparavant, avec la formule que j'avais employée pour essayer de décrire ladite citation, “le microcosme et le macrocosme”.

Regardons maintenant les statistiques de probabilités pour que cet évènement se produise.

Ma femme et moi tentions le matin même de nous rappeler, sans succès, une citation philosophique.

1. Sur trois aires de repos croisées sur notre route, j’en ai choisi une = 1/3 chance ;

2. Sur trois passages possibles dans le magasin, j’en ai pris un = 1/3 x 3 = 1/9 chance ;

3. Sur 6 livres en rayon, j’en ai repéré un = 1/9 x 6 = 1/54 chance ;

4. Ç’aurait pu être un livre de poche ou relié, c’est la reliure qui m’a poussé à l'acheter = 1/54 x 2 = 1/108 chance ;

5. Il y avait une chance sur deux que cette édition luxueuse, reliée, coûte cher, mais elle était sacrifié à un prix très bas. Plus cher, je ne l’aurais pas prise = 1/108 x 2 = 1/216 chance ;

6. Les pages 4 et 5 de l’ouvrage annoncent que l’auteur a publié 66 livres sur des sujets divers, mais il a fallu que ce soit seulement celui-ci qui soit en vente dans ce magasin = 1/216 x 66 = 1/14256 chance ;

7. J’avais emporté un autre roman avec moi, pour lire le soir dans la chambre d’hôtel, et j’aurais pu reprendre mon histoire pleine de suspens, plutôt que ce nouveau livre que j’avais acheté plus par curiosité qu’autre chose = 1/14256 x 2 = 1/28512 chance.

8. Combien d’autres citations l’auteur aurait-il pu choisir pour illustrer le rapport entre la perception humaine et le monde perçu ? 10 ? 20 ? 50 ? Personnellement, je trouvais son choix discutable, car il manquait de précision. Allez, soyons généreux, on va dire 1 citation sur 10 = 1/28512 x 10 = 1/285120 chance ;

9. J’aurais pu tomber sur ce livre n’importe quel autre jour de l’année (1/365), dans un des 20 autres magasins comportant un rayon librairie que je visite en moyenne par an (1/20) = 1/285120 x 365 x 20 = 1/416275200 chance ;

10. Un hasard supplémentaire : j’avais failli quitter cette portion d’autoroute pour emprunter la nationale (je n’aime pas les autoroutes). Finalement, après en avoir débattu, nous sommes sortis une quinzaine de kilomètres plus tard = 1/208137600 x 2 = 1/832550400 chance.

Je n’ai pas cherché d’autres facteurs dans ce calcul de probabilités, mais il y avait environ une chance sur 800 millions que je tombe sur la citation littéraire que nous recherchions quelques heures auparavant, ce vendredi 20 mai 2016.

Sachant qu’il nous arrive rarement de citer des auteurs, lors de nos discussions, et encore moins des auteurs classiques.

Notez une coïncidence supplémentaire dans cet évènement : l'auteur Bernard Baudouin explique dans le passage contenant la citation que ce qui se produit autour de nous, dans le monde matériel, est en rapport direct avec ce que contient notre esprit, et inversement. Or c'est exactement ce que cette coïncidence, cette synchronicité, a reflété ce jour-là.

Pour finir, je voudrais porter votre attention sur deux ingrédients de cet heureux hasard :

1. Nous communiquions avec un parfait accord ;

2. Notre situation mobile, seuls en voiture, nous maintenait à l’écart de toute autre intention, considération contraire, disharmonie ou influence négative venant d’autres gens qui tiennent ce type d’évènements pour impossible.

Conclusion, quand on veut atteindre l’impossible, il vaut mieux faire route avec des personnes qui vont dans la même direction.

2 commentaires:

  1. Fot pas multiplier la chance , C une adition.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Undercover, merci pour votre commentaire.

    L'idée m'avait effleuré, mais je ne l'ai pas retenue, car il s'agit de calculer la probabilité par rapport à des évènements multiples (voir partie 2 sur 4 de ce lien).

    3 aires de repos, 1 magasin par aire de repos, 3 passages par aire de repos, etc., ce qui multiplie les possibilités, au lieu de les additionner.

    J'ai fait un calcul de moyenne, il peut y avoir moins de passages par magasin ou plus que dans celui où nous nous sommes arrêtés. Ou alors, pas d'aire de repos, car nous quittons l'autoroute plus tôt, mais un hypermarché avec de nombreux rayons de librairie, ce qui compense, voire dépasse le calcul précédent, lequel repose sur une moyenne pour chaque évènement.

    Sachant qu'au bout du compte, les probabilités peuvent être de 1 chance sur 100, 400 ou 800 millions, ou même 1 milliard, ça ne change pas grand-chose, cet évènement reste tout aussi improbable, voire impossible.

    Quoi qu'il en soit, merci d'avoir remis en question ce point que j'aurais dû préciser.

    RépondreSupprimer

1) Écrivez votre commentaire dans le cadre de saisie.
2) Cliquez sur la petite flèche pointant vers le bas, à droite de Commentaire.
3) Dans le menu déroulant, cliquez sur Nom/URL.
4) Dans la fenêtre ayant pour titre Modifier le profil, sous le mot Nom, inscrivez votre nom ou pseudonyme. (La case URL est pour ceux qui veulent que l'adresse de leur site ou blog apparaisse au-dessus de leur commentaire.)
6) Cliquez sur Continuer.
7) Cliquez sur Publier.

Merci !