lundi 4 juillet 2016

La guerre sainte de la science


Le tableau ci-dessus représente Galilée essayant d'expliquer ses théories à un public sceptique.

L'étroitesse d'esprit, de façon paradoxale, tend à élire domicile là où elle dispose de plus d'espace pour y prendre ses aises. Dans les bâtiments officiels, ayant pignon sur rue.

Quoi qu'en pensent ceux qui, nourrissant des rancunes d'un autre temps, ont toujours des comptes à régler avec l'Église catholique romaine, celle-ci n'est plus, tant s'en faut, le temple de la pensée unique.

L'intolérance est veule. Elle se range toujours du côté du plus fort : celui de la majorité. Si vous voulez savoir où elle prolifère, cherchez là où il y a foule. Il faut un troupeau pour que résonne une clameur.

Les églises, désertées par la foi au profit du tourisme, ces mêmes églises que Laurent Joffrin voulait "céder à l'islam, en guise de fraternité" (Libération, 9 juillet 2015) n'ont plus la faveur des rois présidents français. Lesquels sont, paraît-il, laïques.

Quant à la science, elle ne se contente pas d'être laïque, elle est le rouleau compresseur qui aplanit la terre sur la tombe de Dieu, puisqu'aux dires du philosophe allemand Friedrich Nietzsche : "Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué !"

Si Nietzsche avait lu les Évangiles, il y aurait réfléchi à deux fois, avant de crier victoire, car il aurait su que tuer Dieu n'était pas suffisant, encore fallait-il l'empêcher de ressusciter.

Je viens d'apprendre qu'une campagne médiatique antireligieuse a été financée d'abord en Angleterre, puis au Canada, pour promouvoir l'athéisme ou, devrais-je plutôt dire, pour combattre la foi. On pouvait lire sur les autobus : "Dieu n'existe probablement pas. Alors cessez de vous inquiéter et profitez de la vie."

"Probablement", voilà qui mériterait un calcul de probabilités, pour conférer à ce message une valeur scientifique.

"Après des études et des tests poussés, notre équipe de chercheurs a calculé les probabilités que Dieu existe ou pas. Les chances en faveur d'un créateur de l'univers sont de… euh, désolé, on vient de m'annoncer que dû à un problème informatique, une erreur s'est glissée dans les calculs. Nous devrons donc remettre à plus tard la divulgation du score final. En attendant, une page de pub."

Et puis, en quoi l'existence de Dieu devrait-elle forcément être source d'inquiétude ? On peut croire en Dieu, un être ou principe suprême, et ne pas croire à l'enfer ni au jugement dernier. Michel Polnareff l'a chanté : "On ira tous au paradis."

C'est la British Humanist Association qui a réuni les fonds pour la campagne sur les bus londoniens et le scientifique Richard Dawkins s'est engagé à doubler les dons jusqu'à la somme de 5500 £.

Pourquoi ne pas laisser les gens croire ce qu'ils veulent ? En quoi une association qui finance cette campagne d'antipub est-elle "humaniste" ?

Qu'est-ce que ça a d'humain de priver autrui d'un espoir en une vie meilleure ?

Cessez de vous inquiéter et profitez de la vie, profitez des taxes qui vous sucent jusqu'à la moelle, des crises à répétition, du chômage, de la dégradation de vos conditions de travail et niveau de vie, de la difficulté de se loger. Profitez des attentats, des dépressions "nerveuses", du cancer, du sida, de votre liberté qui fuit comme des capitaux vers un paradis fiscal, de la surpopulation qui oblige les gouvernements à vous appauvrir pour maintenir les bénéfices des trusts tout en freinant la dégradation de l'environnement par la surconsommation. Profitez de la vie tandis qu'on détruit les unes après les autres ces valeurs auxquelles vous vous accrochiez stupidement, bande de primitifs superstitieux que vous êtes : famille, religion, morale, travail, amour de son pays, repères culturels.

Bien que n'étant adepte d'aucun mouvement religieux, par respect, par politesse, par humanisme, justement, je ne me permettrais pas de "casser" les autres, il n'y a pas d'autres mots, sur leurs religions ou croyances. C'est aussi malveillant que le gosse qui prend plaisir à annoncer à sa petite sœur que le père Noël n'existe pas, juste pour lui gâcher la fête. Juste pour le plaisir de voir s'afficher sur son visage la déception et la tristesse.

Et puis, que veut dire ce "n'existe probablement pas". Ceux qui financent cette campagne ne sont même pas sûrs à 100 % !

Avant d'annoncer une mauvaise nouvelle à quelqu'un, ce serait peut-être bien de s'assurer qu'il n'y a aucun doute possible.

"Madame, votre enfant est mort.

– Oh non, mon Dieu !

– Enfin, probablement, on n'en est pas totalement sûr…"

Bon, heureusement, il reste quand même, de par le monde, de vrais humanistes, des êtres qui allient une intelligence du cœur à un authentique génie scientifique. Et c'est d'une telle personne que je veux parler aujourd'hui, même si je m'égare quelque peu en route.

Un exposé TED (Technology Entertainement [Divertissement] Design [Conception]) est une vidéo créée à partir d'une présentation ayant eu lieu à la conférence TED ou l'une de ses nombreuses manifestations autour du monde. Les exposés TED doivent avoir une longueur maximum de 18 minutes, mais peuvent porter sur n'importe quel sujet.

Voici les critères de sélection, donnés sur le site Web TEDx : "TED recherche des orateurs captivants, charismatiques dont l'exposé présente de nouvelles idées qui sont étayées par des preuves concrètes et susceptibles d'intéresser un large public, à l'échelle mondiale."

Rupert Sheldrake est un scientifique anglais, né le 18 juin 1942, ancien biochimiste, titulaire d'un doctorat (1967) en biochimie de l'université de Cambridge. Il est l'auteur de 80 articles et 10 ouvrages scientifiques. Ancien chercheur et membre de la Royal Society, il a étudié les sciences naturelles à l'université de Cambridge où il obtint une bourse pour le prestigieux Clare College et se vit attribuer deux fois les honneurs du niveau "première classe". Il y remporta aussi le prix de botanique. Par la suite, il étudia la philosophie et l'histoire des sciences à l'université de Harvard où il fut sélectionné comme membre de la fraternité Franck Knox, club élitiste où l'on n'entre qu'au prix d'une compétition sévère exigeant ces qualités : "… talent de leader, force de caractère, esprit affûté, jugement équilibré et dévotion envers les idéaux démocratiques."

Dans une conférence donnée sur le canal YouTube de TEDx, Rupert Sheldrake remit en question des principes scientifiques tenus pour acquis, leur reprochant d'être des dogmes et non des faits scientifiques prouvés.

Mal lui en prit. TEDx censura sa vidéo.

Il y a deux semaines, une amie m'envoya le lien de cette vidéo en anglais. Je commençai de la regarder, mais j'étais alors trop occupé pour visionner en entier cet exposé qui promettait pourtant d'être intéressant. Hier, disposant de plus de temps, je l'ai repris depuis le début. Captivé, j'ai commencé de le traduire pour le mettre sur ce blog à l'attention des non-anglophones.

Mais ce matin, un autre ami, qui n'était au courant de rien, ni qu'on m'avait déjà envoyé le lien de la vidéo anglaise ni que j'avais entamé sa traduction en français, m'a envoyé un autre lien de cette vidéo… déjà traduite en français !

Il y en a qui collectionnent les timbres, d'autres les porte-clefs, les antiquités, les tableaux ou les voitures. Pour ma part, je collectionne les coïncidences.

Serait-ce la main de Dieu qui est intervenue pour me donner un coup de pouce ? Lui seul le sait.

"Probablement pas", diraient ceux qui, sûrs de rien, détestent voir chez d'autres cette certitude agaçante, incompréhensible, la foi.

On pourrait se demander comment ce respectable scientifique, avec ses manières de lord anglais et son langage châtié, a pu se faire bannir du cercle très select de TED.

Eh bien, voici les dix commandements de la science qui ont valu à Rupert Sheldrake son excommunication. Et puisqu'il les appelle dogmes, rappelons la définition de ce terme : Point de doctrine considéré comme une vérité incontestable. Dogme religieux, philosophique, scientifique.
1. La nature est mécanique ou semblable à une machine. L'univers est comme une machine. Les animaux et les plantes sont comme des machines. Nous sommes comme des machines, en fait, nous sommes des machines. "Nous sommes des robots empotés", selon la phrase saisissante de Richard Dawkins, "avec des cerveaux qui sont des ordinateurs génétiquement programmés."

2. La matière est inconsciente. Tout l'univers est fait de matière inconsciente – il n'y a aucune conscience dans les étoiles, les galaxies, les planètes, les animaux, les plantes. Si cette théorie était vraie, il ne devrait pas non plus y avoir de conscience dans les êtres humains. Donc, au cours des cent dernières années, la plupart des philosophies de l'esprit ont tenté de prouver que nous n'étions pas du tout conscients.

3. Donc, puisque la matière est inconsciente, les lois de la nature sont immuables. Les lois d'aujourd'hui sont les mêmes qu'elles étaient au temps du Big Bang et elles le resteront pour toujours. Pas seulement les lois, mais les constantes de la nature sont fixes, raison pour laquelle on les appelle "constantes".

4. La somme totale de matière et d'énergie est toujours la même – sa quantité globale ne change jamais. Sauf au moment du Big Bang où elle s'est mise à exister d'un seul coup, jaillissant de nulle part, en un seul instant.

5. La nature n'a aucun but. Il n'y a aucun but ni aucune destination dans la nature ou le processus d'évolution.

6. L'hérédité biologique est matérielle – tout ce dont vous héritez se trouve dans vos gènes, ou dans les modifications épigénétiques (dues à l'influence environnementale) ou l'héritage cytoplasmique (cellulaire), tout cela est matériel.

7. Les souvenirs sont emmagasinés à l'intérieur de votre cerveau sous forme de traces matérielles. D'une façon ou d'une autre, tout ce dont vous vous souvenez se trouve dans votre cerveau, dans les protéines phosphorylées des terminaisons nerveuses modifiées. Personne ne sait comment ça fonctionne, mais ça ne fait rien, presque tout le monde dans la communauté scientifique croit que ça doit se passer dans le cerveau.

8. Votre esprit se trouve dans votre tête. Toute votre conscience n'est que l'activité de votre cerveau et rien de plus.

9. Déduit du dogme 8. Les phénomènes psychiques comme la télépathie sont impossibles. Vos pensées et vos intentions ne peuvent avoir aucun effet à distance puisque votre esprit est dans votre tête. Donc, toutes les preuves apparentes de télépathie et d'autres phénomènes psychiques sont illusoires. Les gens croient que ces choses se produisent, mais c'est juste parce qu'ils ne connaissent rien aux statistiques ou qu'ils sont leurrés par des coïncidences ou bien parce qu'ils souhaitent que ça existe.

10. La médecine mécaniste est la seule qui marche vraiment. C'est pourquoi les gouvernements ne financent uniquement que la recherche dans cette sorte de médecine et dédaignent les thérapies alternatives ou complémentaires. Celles-ci ne peuvent réellement marcher puisqu'elles ne sont pas mécanistes. Il se peut qu'elles paraissent fonctionner, puisque les gens finissent par aller mieux ou à cause de l'effet placebo. Mais la seule qui marche vraiment, c'est la médecine mécaniste.
Tels sont les dix dogmes auxquels accordent foi les prêtres, pardon, savants, les vrais de vrais, les matérialistes, garants de la vraie religion, excusez… décidément, vraie science, ceux qui ont droit aux subventions massives des multinationales et des gouvernements, pour la plus grande joie des consommateurs que nous sommes.

Cependant, depuis que les bus font de la pub pour la science sans conscience, celle dont Rabelais disait qu'elle "n'est que ruine de l'âme", il faut rajouter un autre dogme à la liste :
11. Dieu n'existe probablement pas.
Notez au passage, dans cette affirmation, le travail bâclé, approximatif, qui ne reflète vraiment pas la rigueur scientifique.

De quel Dieu parle-t-on ?

Le dictionnaire (rien de tel que de connaître le sens des mots pour parler de façon sensée) nous donne cette définition :
Dieu : être suprême, créateur de l’univers, adoré dans les religions monothéistes. Les commandements de Dieu. La foi en Dieu.
Par conséquent, cette campagne d'anti-publicité cible les adeptes des religions monothéistes : chrétiens (catholiques, protestants ou orthodoxes), musulmans, juifs…

Traduire le nom de Dieu par L'Éternel, Allah, Yahvé, Jehovah, Être suprême ou Conscience universelle, ça reste de la traduction. Tout traducteur sait combient les interprétations varient, d'une langue à l'autre.

C'est John Lennon qui disait :
Je crois en Dieu, mais pas en tant que chose, pas comme un vieil homme dans le ciel. Je crois que ce que les gens appellent Dieu est quelque chose qui se trouve à l'intérieur de chacun de nous. Je crois que ce que Jésus, Mahomet, Bouddha et tous les autres ont dit était vrai. C'est juste que les traductions ont fait fausse route.
Puisqu'un chanteur de rock a eu l'intelligence de définir le mot "Dieu" avant de l'employer, n'est-il pas regrettable que des scientifiques comme Richard Dawkins n'aient pas eu la même présence d'esprit… mais où avais-je la tête ? L'esprit, tout comme Dieu, n'existe pas.

Cela dit, que Rupert Sheldrake s'estime heureux d'avoir été banni du TED. Il y a 600 ans, il aurait eu droit à un autodafé avec, pour allumer le feu sous les fagots, ces ouvrages impies, blasphématoires, qu'il osât écrire.

Mais trêve d'ironie, laissons la parole à l'hérétique…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1) Écrivez votre commentaire dans le cadre de saisie.
2) Cliquez sur la petite flèche pointant vers le bas, à droite de Commentaire.
3) Dans le menu déroulant, cliquez sur Nom/URL.
4) Dans la fenêtre ayant pour titre Modifier le profil, sous le mot Nom, inscrivez votre nom ou pseudonyme. (La case URL est pour ceux qui veulent que l'adresse de leur site ou blog apparaisse au-dessus de leur commentaire.)
6) Cliquez sur Continuer.
7) Cliquez sur Publier.

Merci !