jeudi 4 août 2016

On nous prend pour des complotistes

 

Le Magazine Science & Vie d’août 2016 affiche ce titre étonnant :
VOUS AVEZ DIT COMPLOT ?

NOS CERVEAUX PROGRAMMÉS POUR Y CROIRE
J’y avais fait référence dans l'article Quand la mémoire prend le large, mais la théorie selon laquelle le cerveau est le siège de la pensée n’a jamais été prouvée scientifiquement.

Ça commence mal, Science & Vie. Une boulette dès le sous-titre, c’est pas ce que j’appellerais de la rigueur scientifique.

En plus, "Nos cerveaux programmés pour y croire"… ceux qui n’y croient pas, ils n’ont pas de cerveau ?

"Cerveau programmé", je ne sais pas, mais "pensée programmée", là, c’est facile. Vous avez dit médias, publicité, marketing, presse, télévision, informations en boucle, matraquage, matraquage, matraquage. Pour un peu, on croirait du lavage de cerv… Oups !

Au début de l’année 2016, c’était sa majesté le gouvernement français soi-même qui orchestrait une campagne médiatique pour convaincre "les jeunes" (Qui c’est ceux-là ?) de ne pas adhérer aux théories du complot :
Pour combattre les théories complotistes sur Internet, le gouvernement a diffusé jeudi, dans le cadre d’une campagne, une courte vidéo de l’humoriste Kevin Razy, dans laquelle il tente de convaincre les jeunes à vérifier les informations qui circulent sur Internet.
Cet article de l’Express, daté de février 2016, disculpe l’humoriste d'accusations qui ont pesé contre lui, suite à des rumeurs selon lesquelles il aurait eu des pensées coupables, contraires à la doctrine officielle.

Le journaliste, les correcteurs et le rédacteur de l’Express auraient pu vérifier que leur article était écrit en français correct : "tente de convaincre à vérifier"… On dit "convaincre de", pas "convaincre à". Ou alors, il faudra proposer ce "nouvel" usage pour la prochaine réforme du ministère de l’Éducation nationale. Après avoir "légalisé" un paquet de fautes d’orthographe, ils vont peut-être s’attaquer à la grammaire.

Quoi qu’il en soit, la théorie du complot, c’est mal.

"Bon, les jeunes, ça suffit ! Arrêtez de gober tout ce que vous trouvez sur Internet. Vérifiez-le dans Google !"

Et puisqu’on en est à vérifier les informations, pourquoi pas celles diffusées à la télé ou dans la presse ? Comme cet amalgame entre théorie du complot, racisme et antisémitisme, dont il est question dans l’article de l’Express. Personnellement, il m’est arrivé de discuter avec des gens convaincus qu’il existe un trafic d’influence à l’échelle mondiale. Ces gens étaient de toutes races et de toutes croyances. Certains juifs, d’autres musulmans, d’autres chrétiens, d’autres bouddhistes, d’autres athées. Leurs origines raciales ou opinions politiques varient, mais ils partagent néanmoins cette conscience que les marionnettistes ne vouent un culte qu’à ces seuls dieux, pouvoir et argent, et que leur pathologie mentale ne dépend pas de leur origine raciale.

Car c’est bien de ce dont il s’agit. Il y a des manipulateurs partout : au travail, dans les familles, dans nos relations. Ce n’est pas toujours facile à gérer, mais on peut y survivre, si on est lucide et combatif. Encore que certains soient vraiment retors. Mais quand de telles personnes ont des moyens financiers illimités, un carnet d’adresses épais comme un bottin de téléphone, rempli de gens qui leur sont redevables dans les plus hautes sphères de la finance et de la politique mondiale, là, on a un réel problème.

L’empereur romain Vespasien aurait déclaré L’argent n’a pas d’odeur. Il n’a pas non plus de race, de foi ni même de loi, c’est pour ça qu’on peut le blanchir.

Il y a quelques années, le conseiller d’une grande banque française m’expliquait que près de 30 % des fonds qui transitaient par son honorable établissement provenaient d’argent sale blanchi malgré eux. Voulant vérifier cette information, je viens de taper "banque argent sale" dans mon moteur de recherche. J’ai trouvé cet article de l’Économiste.

Voilà, je suis un bon citoyen. J’obéis aux recommandations de l’État. J’ai vérifié cette information du conseiller bancaire qui donnait ce chiffre ahurissant de 30 % d’argent sale. L’Économiste fait état de 2,7 % du Produit intérieur brut mondial, soit 1600 milliards de dollars blanchis. L’article ci-dessus dit aussi que "le monde des affaires doit s’attaquer à la corruption". M’étonne qu’après ça, les banques fassent faillite, si elles mordent la main qui les nourrit.

Je m’égare, mais ce n’est pas facile d’écrire un article sur la théorie du complot sans parler de finance.

Cela dit, il y en a qui sont plus malins : ils légalisent un trafic criminel. Quelle idée brillante ! Bon, ils commencent en "douce", comme la drogue du même nom. C’est ce qu’on pourrait appeler "blanchir l’argent à la source". Directement du producteur au consommateur. Et tout ça, bien sûr, taxé à mort. En voilà une idée qu’elle est bonne pour relancer l’économie, sans produire trop de CO2. Une initiative respectueuse de l’environnement, si on oublie les OGM et les pesticides Monsanto. En effet, Microsoft vient d’établir un partenariat avec Monstresanto (article ci-joint du 17 juin 2016) pour dealer du cannabis OGM. Est-ce qu’ils vont aussi en vendre du bio ? "Dormez Fumez braves gens, tout est calme dans le monde !" Légalisez l’a… pathie.

Par contre, comment ça s’aligne avec les campagnes contre l’alcool, le tabac et l’insécurité routière ? Mystère et boule de shit. Je me rappelle mes années folles d’étudiant où nous étions une bande de babas cool entassés dans une Renault 8, planant à 15 000 (merci d’avoir choisi Cannabis Airlines), en train de remonter à toute allure une bretelle de périphérique, jusqu’à ce que le conducteur s’écrie : "Oh, putain ! On n’est pas dans le bon sens !" Un flot de voitures arrivait d’en face. Personne, parmi les cinq occupants de la voiture, n’avait vu que c’était un sens interdit.

Bah, c’est pas grave : une nouvelle loi (ça manquait) et hop ! Prise de sang obligatoire au bord de la route. Je vois d’ici le contrat juteux passé avec les laboratoires pharmaceutiques. Ils sont peut-être déjà en train de produire les seringues.

On peut d’ores et déjà décerner à Aldous Huxley, l’auteur du Meilleur des mondes, le titre de "prophète de l’année". Notamment pour la déclaration qu’il fit, en 1961, à l’École de médecine de Californie :
Et je peux tout à fait prédire que la prochaine génération ou la suivante seront témoins de méthodes pharmaceutiques qui feront aimer aux gens leur servitude, et produiront… une sorte de camp de concentration sans douleur pour des sociétés entières, si bien que les gens seront privés de leurs libertés, mais qu’ils aimeront cela, parce qu’ils seront privés de tout désir de se rebeller par la propagande, le lavage de cerveau, ou le lavage de cerveau agrémenté de méthodes pharmacologiques.
Hé ! Dis donc, Aldous, c’est une théorie du complot, ça !

Ça suffit, la paranoïa ! Mettez-vous ça dans le crâne et tenez-vous-le pour dit : IL N’Y A NI CONSPIRATION NI COMPLOT.

Toute cette histoire de nouvel ordre mondial qui serait l’œuvre d’un groupe de décideurs richissimes, suffisamment influents pour orienter la politique internationale dans une même direction, c’est impossible.

D’ailleurs, où est-ce que vous avez vu des évènements aller dans une même direction, vous ? Les mêmes phénomènes sociaux et législations répétés à des milliers de kilomètres de distance d’un bout à l’autre de la planète ? Vraiment ? Ah, bon.

Mais pourquoi voulez-vous que les gens les plus riches de la planète se réunissent dans votre dos et prennent des décisions sans vous consulter ? Si c’était vrai, ils en auraient parlé à la télé, non ?

"Bonsoir… un flash de dernière minute. On nous informe que des décisions ont été prises de façon unilatérale, lors de réunions tenues à huis clos entre des décideurs compétents qui ont cependant tenu à ce que leur anonymat soit respecté, en vue d’organiser ce qui deviendra, d’ici quelques années, la Première Guerre civile mondiale. Si tout se passe selon les prévisions, cette stratégie à long terme devrait réduire la surpopulation, le réchauffement climatique et participer à la relance de l’économie. En effet, les autorités mondiales ont estimé cette solution plus humaine que les guerres traditionnelles et leur risque de dérive nucléaire, sans compter le progrès social apporté par la destruction mutuelle des religions majoritaires, christianisme, islam et judaïsme, et la disparition de leurs codes moraux préhistoriques qui, il faut bien le reconnaître, sont assez énervants. C’était Mondial Info… euh, pardon, France Info, le bulletin de 20 heures. Passez une excellente soirée."

D’abord, si ça se trouve, ils ne se connaissent même pas les uns les autres, les hyper-riches. Ils ne fréquentent pas les mêmes clubs de golf. Quand ils se croisent par hasard à un cocktail dans un château, les couloirs de l’ONU ou une réception à la Maison-Blanche, c’est simple, ils s’ignorent. Ces gens n’ont pas élevé les cochons ensemble, pourquoi s’associeraient-ils pour mieux garder les moutons ?

Et puis, ce n’est pas parce qu’on est à la tête d’un empire financier qu’on a forcément envie d’étendre son influence au reste de la société. Prenez Microsoft, par exemple, ils s’occupent d’informatique et ça leur suffit bien, merci… euh, mauvais exemple. Bon, qui d’autre ?

Manager, organiser, diriger, gérer, fusionner, faire des acquisitions, couler un concurrent pour s’emparer d’un marché, ces gens le font déjà pour leurs entreprises et leurs activités boursières. Pourquoi feraient-ils des heures sup pour diriger le monde ? Pour amasser encore plus de pouvoir et d’argent ? Mais qu’est-ce que ça leur rapporterait ?

Vérifiez les informations, bon sang ! Par exemple, consultez cet article de Wikipédia, vous verrez qu’il fait référence à des groupes d’influence tout ce qu’il y a de plus normaux :

La Commission trilatérale n’a aucun objectif particulier, comme en témoigne l’article de Wikipédia sur le sujet. D’abord, c’est une organisation privée, par conséquent, elle ne s’occupe pas d’affaires publiques, et toc !

Pareil pour la Société du Mont-Pélerin, c’est juste une espèce d’amicale d’étudiants en économie. Et ils se consacrent uniquement à leurs affaires, un point c’est tout. C’est une "société de pensée", c’est-à-dire qu’ils pensent, ils n’agissent pas. Et leurs pensées, ils les gardent pour eux. Ils ne vont certainement pas s’embêter à souffler le résultat de leurs cogitations aux gouvernements qui seraient bien fichus de les mettre en application. Ce qui serait un désastre pour l’économie. Or, comme votre gouvernement vous l’a annoncé récemment, ça va plutôt pas mal, de ce côté-là… Arrêtez de grincer des dents, c’est agaçant, ce bruit, à la fin.

Le Council on Foreign Relations s’occupe de ses oignons et ils ont d’autres chats à fouetter que la politique étrangère en dehors des États-Unis. Quoi ? Council on Foreign Relations, ça veut dire "Comité des Affaires étrangères" ? Tiens ! Tiens ! Comme c’est étrange. Je croyais que le président, le Congrès, le Département de la défense et le Conseil de sécurité nationale s’en occupaient déjà. L’encyclopédie définit ce comité comme un think tank [laboratoire d’idées] composé de 5000 personnes influentes, toutes issues du milieu des affaires, de l’économie et de la politique ? Nous voilà rassurés. Aucune conspiration là-dedans. En plus, c’est une association à but non lucratif, donc certainement financée par de richissimes philanthropes.

Et comme dit Wikipédia, ce sont des "personnes influentes", pas des comploteurs.

Le Groupe Bilderberg ? C’est juste un rassemblement de personnalités appartenant à la diplomatie, aux affaires, à la politique et aux médias. Ces gens ont quand même le droit de se détendre, non. Ça vous arrive jamais d’aller à une fête, vous ? Est-ce que je vous accuse de comploter ? Soyons sérieux une minute.

Le Groupe Carlyle ? Ce n’est qu’une société d’investissement. Je ne vois pas pourquoi ils iraient perdre leur temps avec la politique. Ils ont eu George H. W. Bush et Olivier Sarkozy à leur tête, vous dites ? Je ne vois pas le rapport.

La société secrète des Skull and Bones [Crâne et Os] ? C’est quoi, ça, encore ?

Comme je ne connaissais pas, j’ai été "vérifier l’information" sur Wikipédia. Il s’agirait une société secrète de l’université Yale aux États-Unis. J’ai aussi trouvé cet extrait :
"Ce qui frappe à la lecture de la liste des membres des Skull and Bones, c’est la présence quasi systématique des noms des familles américaines les plus prestigieuses. Lord, Whitney, Taft, Jay, Bundy, Harriman, Weyerhaeuser, Pinchot, Rockefeller, Goodyear, Sloane, Stimson, Phelps, Perkins, Pillsbury, Kellogg, Vanderbilt, Bush, Lovett et ainsi de suite. Les Skull and Bones sont tout simplement le club de l’élite, de la classe dirigeante, encore aujourd’hui, comme en témoigne la présence de George W. Bush et de John Kerry, liés par conséquent par un « pacte secret ».
Elle est amusante, cette amicale d’étudiants, ils ont pris comme emblème le symbole des pirates.

"Entreprise à tribord ! On se met en chasse et on fait main basse… Parés à l’abordage !"

Cela dit, je commence à me demander si Wikipédia ne serait pas un peu conspirationniste.

L’Organisation mondiale du commerce ? Ça, je connais, la fameuse OMC. Tiens ! On y trouve encore des noms qui étaient présents dans les autres comités et organisations… Ah bah, ça, c’est drôle, alors ! Comme quoi, le monde est petit.

Bon, ça suffit, avec tous ces ragots sur les organisations et les gens influents ! Les gens influents ont le droit d’influer. Ils ont le droit de se réunir pour discuter entre amis, c’est pas pour autant qu’ils agissent dans leur intérêt au détriment de la populace. D’abord, c’est une idée trop horrible pour être crédible. Qui a envie de croire une théorie aussi déprimante ? Le complotisme ne passera pas. Vive le bisounoursisme !

Et quant à vous, les jeunes, utilisez des supports d’information fiables et vérifiables.

L’encyclopédie Wikipédia, est-ce que c’est fiable ? À votre place, je me méfierais. Préférez les chaînes de télévision, radio ou les journaux. Là, au moins, on peut contrôler l’information… pardon, je voulais dire contrôler la fiabilité de l’information. Vous pensez tout de même pas que les médias font partie de la conspiration, non ? Ça se saurait. Ils en parleraient dans les journaux ou à la télé.

Quoi ? Et si eux-mêmes sont des dupes manipulés ? Dites, c’est pas bientôt fini, ces discutailleries !

Ah, les jeunes, j’vous jure. Toujours à poser des questions, fourrer leur nez et leurs doigts partout où il faut pas. D’ailleurs, pour vous prouver que cette histoire de conspiration et de complot ne tient pas debout, je vous propose un petit exercice instructif.

Je m’adresse notamment à ceux d’entre vous qui manquent d’idée pour leurs devoirs littéraires, thèse, mémoire ou autres travaux rédactionnels. Ça peut aussi s’appliquer à des matières comme l’économie, la finance, droit, sociologie, politique, psychologie ou statistique. Pourquoi ne pas rédiger votre travail sur ces sujets : conspiration, complot, mondialisation, lobbying, démocratie, droits de l’homme, paranoïa, médias, désinformation, ingérence des groupes privés dans les affaires publiques, etc. ?

Et si vous voulez une bonne note, suivez mon conseil, baptisez votre œuvre d’un titre sérieux. Quelque chose comme De la paranoïa dans les canaux médiatiques non officiels ou bien Information ou désinformation : Internet aurait-il besoin d’une commission de contrôle ?

Quant au contenu, complotiste ou anti-complotiste ? Eh bien, espérons qu’un honnête travail de documentation, non basé sur des opinions et des théories fumeuses, étayé de faits, chiffres, noms et statistiques, vous permettra d’y voir clair.

Par exemple, commencez avec une analyse synthèse logique, basée sur la théorie des ensembles :

1. Dressez la liste des groupes susceptibles d’avoir des activités d’ingérence dans les affaires d’État et l’économie mondiale, comme ceux mentionnés ci-dessus. Appelons-la l’ensemble B, comme "bande".

2. Trouvez les noms de tous les personnages influents qui font ou ont fait partie desdits groupes, classés par périodes de temps. Pour simplifier, cantonnez vos recherches à une période limitée, comme 1936-2016. Cette liste de personnes sera l’ensemble E, comme "élus".

3. Établissez la liste des membres d’un des groupes (sous-ensembles) listés en 1 ayant aussi fait partie d’un autre groupe (sous-ensemble) de cette même liste 1. Ce sera l’ensemble U, comme "union fait la farce".

4. Faites la liste des personnes de l’ensemble E (membres listés en 2) qui ont aussi occupé un poste gouvernemental. Ce sera l’ensemble R, comme "république démocratique".

5. Recoupez l’ensemble E avec l’ensemble U, puis l’ensemble E avec l’ensemble R pour trouver les éléments communs.

Vous pourriez même réaliser un de ces tableaux qu’ils punaisent au mur dans les séries policières, avec des photos et des ficelles en laine de couleur.

6. Après cela, trouvez les personnages qui reviennent le plus souvent dans ces ensembles et recueillez la liste de leurs citations. Ce serait l’ensemble K, comme "komplot". Vous trouverez facilement ces citations sur Internet, dans des ouvrages divers, parfois même biographiques.

7. Établissez un sous-ensemble de K, contenant toutes les citations ayant des points communs ou des similarités de message, que ce soit sur le plan social, économique ou politique. Ce serait l’ensemble S, comme "suspect".

Arrivés à ce stade, vous devriez obtenir des ensembles presque vides, à l’exception de quelques coïncidences hasardeuses, qui montrent que l’histoire de notre planète n’est qu’un chaos sans queue ni tête, tel un navire dans la tempête de la folie humaine, privé de capitaine, ballotté par les vagues d’un destin cruel mais aveugle, errant vers une destination inconnue.

Si vous parvenez à d’autres conclusions, avec vos ensembles B, E, U, R, K, S, c’est que vous avez commis une erreur quelque part, car je vous l’ai dit et je vous le répète : IL N’Y A NI CONSPIRATION NI COMPLOT.

Comment je peux en être aussi sûr ?

Parce que la presse le dit, parce que le gouvernement le dit, et s’ils le disent, et particulièrement s’ils insistent sur le sujet, c’est que c’est vrai.

Le gouvernement paye un humoriste pour mettre un peu de bon sens dans vos cervelles paranoïaques. Vous voudriez pas que cet argent soit gaspillé, tout de même ? Sinon, ils vont être obligés de remettre le couvert et je vous rappelle que c’est payé avec nos impôts.

Quant au magazine Science & Vie, qui le finance ?

Eh bien, suivons les recommandations gouvernementales et allons vérifier l’information :
Mondadori France (précédemment EMAP France) est un éditeur de presse français, filiale du groupe italien Arnoldo Mondadori Editore (dont la maison mère est Fininvest) Avec plus de 30 publications, c’est le troisième éditeur de magazines en France.
Donc, Science & Vie appartient à Mondadori qui appartient au holding Fininvest.

Si vous regardez la définition de holding, vous y lirez ceci :
… la société holding est une société mère. Elle permet à une personne ou à un groupe de personnes de détenir et/ou de contrôler une multitude de sociétés nationales et internationales sans avoir besoin d’apparaître en tant que dirigeante de toutes les sociétés « filles ».
Mais c’est qui ces personnes qui détiennent et/ou contrôlent Fininvest qui détient et/ou contrôlent Arnoldo Mondadori Editore qui détient et/ou contrôle Mondadori France qui détient et/ou contrôle la politique éditoriale de Science & Vie qui vient prêter main-forte à la campagne anti-complotiste du gouvernement français ?

Ces gens détiennent et/ou contrôlent 30 publications en France, et Dieu sait combien en Italie. Cela vous donne une idée de la puissance de feu médiatique qui peut être déployée.

"Tous à vos canons, messieurs… sur les complotistes, parés à tirer ? FEU !"

Naaan, faudrait être paranoïaque pour croire que la politique éditoriale d’un magazine obéit à des consignes particulières. La liberté de la presse, dans un pays libre comme la France, ce n’est pas un vain mot… Ah, c’est le rédac chef qu’est libre de dire au journaliste dans quelle direction le vent doit souffler, sous peine que son article finisse à la corbeille pour la plus grande joie d’un collègue plus docile. Vous êtes sûr ? Vous l’avez pas lu sur Internet, par hasard ? Votre frère est journaliste… Ah, dans ce cas.

Imaginons. La direction du journal reçoit des consignes d’en haut de traiter le sujet du complotisme, mais "avec toute la rigueur et le sérieux que les lecteurs sont en droit d’attendre d’un magazine scientifique". Le rédacteur en chef est pas idiot, il sait ce que ça veut dire, pas besoin de lui faire un dessin.

"Dites, George, j’ai pensé à vous pour cet article sur le cerveau des complotistes qu’aurait une case en moins. Ça vous intéresse ?

– Ah oui, chef, c’est tout à fait dans mes cordes…

– Mais attention, mon p’tit George, vous ne me recommencez pas le coup de l’article sur les OVNIs, hein ? Ici, c’est Science & Vie avec un grand "S", on n’est pas chez ces illuminés de Nexus, compris ? Vous me faites ça bien.

– Vous inquiétez pas, chef, je vais vous mitonner une copie comme vous les aimez. Vous serez pas déçu."

Ceux qui croient qu’une conspiration est impossible, car il y aurait trop de personnes dans le secret, ignorent ce qu’est le management. La pointe d’une pyramide n’a pas besoin d’informer la base, ni même ceux qui se trouvent directement sous elle des tenants et aboutissants de sa politique. On le voit constamment dans les entreprises. Ce dont on ne parle pas ne risque pas de s’ébruiter. Pour le reste, il n’y a qu’à privilégier les subalternes qui ne posent pas de questions, sont capables de suivre des ordres en sachant que leur obéissance sera récompensée et qui ont "l’esprit de la maison", avec tout ce que ça comporte de non-dits, sous-entendus, sujets tabous ou politiquement incorrects. Aussi, préférez les subalternes qui ne s’embarrassent pas de scrupules, ne s’accrochent pas à des principes rétrogrades. Les enfants de chœur n’ont pas leur place dans un équipage de forbans.

Quant à ceux qui s’immiscent vers le haut de la pyramide, mais dont le profil se révèle incompatible avec l’esprit de la meute carnassière, pas besoin de faire appel à la mafia, on n’est plus dans les années 60. Un scandale sexuel, financier ou politique les mettra sur la touche vite fait bien fait.

Aussi, sachez qu’il existe une loi en marketing : plus une information est répétée, plus elle devient vraie dans l’esprit du public.

C’est quoi le marketing ?

Vérifiez sur Internet, vous y trouverez des vidéos où des professionnels du cru vous expliquent qu’ils sont payés pour manipuler des échantillons de population, afin de leur vendre une idée, un produit dont plus personne ne veut, en le relookant, avec une nouvelle accroche, un message qui frappe, un positioning qui s’adresse à l’affectif plus qu’à la réflexion.

En ce moment, on est en train de nous vendre l’idée que les théories du complot sont stupides, irrationnelles, immatures, qu’elles sont le signe distinctif d’internautes incultes, illettrés. À qui cette campagne anti-complotiste profite-t-elle ? Quelqu’un se soucie-t-il vraiment que des gens croient aux théories du complot, aux OVNIs, aux aliens infiltrés incognito dans la population, au contrôle mental à distance par l’électronique ou aux cataclysmes naturels provoqués pour endiguer la surpopulation ? Qu’est-ce que ça peut leur faire qu’on croit au croquemitaine ou aux sorcières sur un balai ?

D’ailleurs, les mots eux-mêmes, "complot", "conspiration", "théorie du complot", avec leur relent de suspicion paranoïde, closent le débat avant même qu’il commence.

"Hé ! Mais t’es complotiste ou quoi ?

– M’insulte pas !"

Enfin, dans un but de réconciliation générale, je voudrais adresser ce message à tous les lanceurs d’alerte (faut plus dire "complotiste", puisque le terme va devenir injurieux), tous ceux qui, dans leurs propos, sur un blog ou un site, dans un article ou un ouvrage, tentent de dénoncer ce qui pourrait, de près ou de loin, suggérer que nos libertés et droits fondamentaux sont bafoués.

Ne dites plus "complot", dites "violation du processus démocratique".

Ne parlez plus de "conspiration", parlez plutôt de "trafic d’influence" ou de "lobbying".

Quels que soient vos penchants politiques, ne dites plus que ce sont les juifs, les francs-maçons ou quelque ethnie ou groupe religieux qui sont à la tête du complot. Dans ces groupements raciaux, religieux ou autres, la majorité des gens sont de bonne volonté et tout aussi manipulés que vous. Même à la CIA, il y a des employés persuadés d’œuvrer pour la bonne cause, protéger le monde libre, etc.

On trouve sur des sites complotistes les théories les plus extravagantes, comme celle selon laquelle Israël aurait été créé pour continuer de se débarrasser des juifs après la Seconde Guerre mondiale. Une petite bande de terre isolée, plus ou moins aride, entourée d’adversaires potentiels qui verraient d’un mauvais œil cette immigration massive imposée. Pire encore, certains vous diront que des juifs antireligieux, matérialistes endurcis et cyniques, auraient usé de leur influence pour faire adopter ce plan sournois sous de faux prétextes historiques et religieux, afin d'envoyer au diable des concurrents potentiels en affaires. Une idée choquante, une vraie théorie du complot.

Du coup, je viens d’aller "vérifier quelques informations" dans Wikipédia, à l’article sur Israël. Notamment, sur la façon dont cet État a été créé :
Le 29 novembre 1947, l’ONU vote le Plan de Partage de la Palestine en un État juif et un État arabe tout en faisant de Jérusalem un corpus separatum sous administration internationale. Trente-trois pays votent « pour », treize « contre », et dix s’abstiennent.

Le lendemain, la guerre civile éclate entre les populations juives et arabes de Palestine tandis que les Britanniques organisent leur retrait.
"Okay, guys ! Ça commence a êtwe twès chaud, par ici. On va devoiw, vous laisser vous installer, n’est-il pas ? Il faut qu’on soit rentwé at home, pour le five o’clock tea. All right ? Good bye !"

Une trahison aussi démoniaque est-elle possible ? L’histoire démontre que les guerres fratricides sont toujours les plus cruelles. Alors, ce scénario est-il plus machiavélique que la CIA orchestrant l’attentat du 11 septembre et l’effondrement du World Trade Center ? N’est-ce pas la cruauté de leurs frères que les migrants  ont fui depuis la Syrie et les pays voisins ?

Quoi qu’on en pense, complot ou pas complot, tous les amalgames, qu’ils soient anti-juifs, anti-américains, anti-chrétiens ou anti-musulmans, sont incompatibles avec l’intelligence qui est la capacité à reconnaître les différences, les similarités et les égalités (voir article Donner du sens à la vie).

Et un lanceur d’alerte ne doit pas croire qu’en employant des termes-chocs comme "conspiration", "complot" ou en tenant des propos outranciers, son message passera mieux. C’est tout l’inverse. S’il parlait de respect de la Constitution ou de violation des Droits de l’homme, il ferait plus d’audience.

En admettant qu’il y ait un complot, cela signifierait que les comploteurs seraient passés maîtres dans l’art de la subversion, la démagogie et qu’ils utiliseraient l’arsenal des chargés de marketing et communication. Eh bien, si quelqu’un soupçonne qu’il existe de tels conspirateurs, pourquoi ne pas retourner ces armes contre eux ?

Ayant travaillé dans le marketing, je me permets de suggérer ici ces quelques conseils qui auraient leur place dans un manuel Théorie du complot pour les nuls.

1. Ne criez pas, murmurez. Les gens tendront l’oreille pour mieux vous entendre. C’est la raison pour laquelle il est préférable d’utiliser des arguments doux, légers, des termes euphémiques [atténués], ils confèrent une image de rationalité à celui qui s’exprime. Si vous tenez un blog ou un site, ne lui donnez pas une allure tapageuse, avec des images criardes ou des photos chocs. Un design sobre permettra aux internautes de rester plus longtemps sur vos pages et les incitera à communiquer vos liens à leur entourage sans craindre de passer pour des complotistes.

2. Évitez les amalgames. Ne ciblez jamais des groupes, qu’ils soient raciaux, religieux, politiques ou autres. Vous perdez du public. Les gens appartiennent à des groupes pour des raisons familiales, affectives, d’éducation, de milieu, le hasard des rencontres ou des bouleversements personnels. Des raisons pas forcément logiques, mais qui constituent le tissu de leur existence. Cela ne veut pas dire que ce sont de mauvaises personnes ou des imbéciles. Certains d’entre eux pourraient, si vous ne les rejetiez pas en bloc, être sensibles à vos arguments, pour peu que vous leur exposiez avec délicatesse. Partez du principe que la plupart des êtres humains, sans distinction de race ni de religion, sont des gens qui ne demandent qu'à vivre en paix, et qu’il n’existe qu’une petite fraction de sociopathes qui utilisent la pagaille générale et la faiblesse de certains pour nous monter les uns contre les autres et générer le chaos.

3. Suscitez l’accord, pas le rejet. Cela rejoint le point 1, mais sur les sujets abordés, plutôt que les mots employés. Communiquez sur des thèmes où la majorité des gens seront d’accord avec vous. Et s’il s’agit de sujets trop éloignés de la réalité quotidienne, comme les OVNIs, les aliens, etc., exprimez-vous de la façon la plus mesurée qui soit. Faites preuve de retenue. En gardant à l’esprit que faute de preuves tangibles, témoignages crédibles ou raisonnement à toute épreuve, votre communication vous décrédibilise plus qu’elle ne fait passer votre message. Et pour le plaisir de parler d’un sujet incroyable qui vous passionne, comme les aliens ou les armes climatiques, vous vous grillez auprès de la personne en tant que source fiable pour des sujets plus terre-à-terre, mais plus urgents, comme l’érosion de la démocratie ou l’accroissement des conflits ethniques.

4. Pénétrez graduellement. C’est la stratégie utilisée pour réduire peu à peu les libertés. En faisant preuve de patience, on peut faire accepter n’importe quelle idée aux gens. De la même façon, on peut obtenir qu’une personne change de point de vue petit à petit, sur une période de temps suffisamment longue.

5. Vérifiez l’information. Je reçois souvent des messages affolés sur tel virus informatique, telle menace ou demande d’aide urgente par mail, pour m’apercevoir, avec un peu de recherche, que ce sont des canulars ou des escroqueries.

Rappelez-vous la panique sur la grippe A [H1N1] de 2009 :
La "journaliste d’investigation" autrichienne, Jane Burgermeister, a lancé une alerte mondiale via Internet, et même déposé une plainte le 10 juin 2009 en Autriche puis aux États-Unis, car elle craignait une malveillance intentionnelle. Elle avait mis en exergue la contamination découverte en République tchèque d’un important lot de matériel vaccinal [souche H3N2] par le virus grippal H5N1 que dut retirer le laboratoire Baxter qui l’avait fabriqué en Autriche et qui le destinait à 16 autres pays d’Europe centrale et de l’Est. Une seconde plainte contre X pour « tentative d’empoisonnement de la population » a été déposée en Isère le 23 octobre à Grenoble selon les polémiques relatives au plan de vaccination et à sa crainte de nocivité. Un collectif français de dépositaires de plainte s’est ainsi fédéré. Un modèle type de plainte a été mis à disposition du public et comporte les raisons et les motifs des craintes.
La plainte impliquait des agences et personnages influents de la scène mondiale, comme ceux répertoriés dans l’article Wikipédia sur la théorie du complot. Les gens se sont relayé ce scoop pendant des semaines. Je me rappelle m’être accroché avec un ami pour qu’il arrête de m’inonder de ces mails alarmistes.

Tout s’est terminé par un flop. Pas plus de pandémie de la grippe porcine que de saindoux en branche. La sonnette d’alarme tirée par Jane Burgermeister pour qu’on refuse ce vaccin qui devait éliminer une grande part de la surpopulation mondiale, de même que le tocsin battu par gouvernement pour qu’on se fasse vacciner afin d’éviter une pandémie planétaire, tout cela n'était qu’un pétard mouillé.

Et tous, Jane Burgermeister, les médias, les autorités politiques et médicales, en France et dans d’autres pays, ainsi qu’une foule d’internautes, commirent l’erreur de relayer des informations non vérifiées, en cédant à la panique. J’avais un ami pompier qui m’avait expliqué que c’était la première consigne qu’on leur enseignait, avant d’aller au feu : "Ne paniquez pas." Et que c’était le non-respect de cette règle qui tuait plus de pompiers que n’importe quoi d’autre.

Il s’est produit un phénomène similaire avec le programme américain HAARP, cette gigantesque station d’antennes, basée en Alaska, suspectée de faire des expériences sur le contrôle climatique, à des fins civiles ou militaires, personne n’a jamais pu le prouver. Les accusations et suppositions ont foisonné sur Internet et dans des ouvrages divers, jusqu’à ce que la station soit fermée sans explication. Là encore, accusations sans preuve, terminées par un bide.

S’il existe des personnes ou des agences qui agissent contre les intérêts de la population, au mépris des lois et des constitutions, un lanceur d’alerte devrait s’assurer de prendre ces comploteurs "la main dans le sac". Les enquêteurs de police savent que porter des accusations sans preuve recevables par un tribunal, c’est le plus sûr moyen de bousiller une enquête. Et ça permet au criminel de faire disparaître les indices.

6. Unissez vos efforts. S’il existe une conspiration, elle est conduite par des gens organisés qui coopèrent malgré leurs divergences et antipathies. Ce qui est le mode opératoire de toutes les entreprises. Ça leur permet de constituer des réseaux d’influence cloisonnés, mais dont les actions participent à un schéma d’ensemble, vers un objectif final.

S’il y a une conspiration, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est sacrément organisée, planifiée sur une longue période de temps. Face à une opération d’une telle envergure, des lanceurs d’alerte n’ont aucune chance s’ils ne s’organisent pas et n’établissent pas une stratégie. Ils devraient donc nouer des alliances au-delà des clivages politiques, raciaux ou religieux, échanger des informations, les comparer, en faire le tri. Ils s’accorderaient sur des concepts clefs comme Vérité, Liberté ou Droits de l’homme, et œuvreraient de concert vers ces buts, en mettant de côté leurs désaccords. Au "Diviser pour mieux régner" des conspirateurs, ils opposeraient "Réconcilier pour libérer".

Conclusion, ils constitueraient un groupe d’influence bienveillant qui agirait dans l’ombre, un peu comme les réseaux de résistance durant la Seconde Guerre mondiale, avec un travail de propagande contre l’ennemi. Laquelle propagande utiliserait les points 1 à 5, cités précédemment.

Maintenant, certains se diront peut-être : "Hé ! Mais c’est de la manipulation !"

C’est l’idée, oui. Mais au moins, on ne pourra plus vous reprocher d’être des complotistes, car vous serez, à votre tour, des comploteurs.

Essayez, vous verrez, ça vous changera la vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1) Écrivez votre commentaire dans le cadre de saisie.
2) Cliquez sur la petite flèche pointant vers le bas, à droite de Commentaire.
3) Dans le menu déroulant, cliquez sur Nom/URL.
4) Dans la fenêtre ayant pour titre Modifier le profil, sous le mot Nom, inscrivez votre nom ou pseudonyme. (La case URL est pour ceux qui veulent que l'adresse de leur site ou blog apparaisse au-dessus de leur commentaire.)
6) Cliquez sur Continuer.
7) Cliquez sur Publier.

Merci !